Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?

Nouvelles: Bienvenue sur le forum de PROPHEZINE.
Le fond du forum est signé Aleksi BRICLOT.

ORACLES 3 est annoncé !!!

Auteur Sujet: Un petite nouvelle  (Lu 2067 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Meubles

  • Apprenti(e)
  • *
  • Messages: 31
  • Cercles de Tendance : 5
  • Le temps cadeau empoisonné donnant un fin à tout
    • Voir le profil
Un petite nouvelle
« le: 11 novembre 2009 à 15:49:03 »
Hello tout le monde,

J'ai écrit une petite nouvelle, je ne savais pas trop où la poster.

Alors je la met ici, bonne lecture à ceux qui sont intéressé.


Les derniers moments d'Ilinior (1ère Partie)

**Tout s'agite autour de lui. Il sent la chaleur, il ressent la colère. Il a le goût du sang dans la bouche. Dans sa main un épée à deux mains. Sur le pommeau un œil rouge ouvert de dragon ... Tout tourne autour de lui ... Des corps s'écroulent, des membres se brisent ... un énorme masse de feu s'écrase contre lui, sa peau brûle ...**


*Ilinior se réveille en sursaut, il est en sueur. Quel est ce rêve récurrent ? Il a vécu de nombreuses batailles mais aucune ne ressemblai à celle-ci. Il est assis sur un banc de pierre, il fait sombre. Une goutte de sueur tombe au sol, sa respiration se répercute comme un écho dans cette salle au mur de pierre. Ilinior essuie la sueur qui perle de son front. Il perçoit une raie de lumière qui passe sous une lourde porte en bois. Il a le goût du sable dans la bouche. Puis il entend les cris de la foule, la chaleur est étouffante. Il lève sa lourde épée à deux mains, et pose le plat de la lame contre son front. Une douleur le lance dans le bras gauche.*

- Ma vieille ami. Allons-nous mourir dans cet arène ? Quelle piètre mort ... Il ne mérite pas un tel déshonneur.

*Les cris de la foule sont de plus en plus fort ... Il perçoit son nom parmi les hurlements d'excitation. Il ajuste avec délicatesse ses deux brassards en acier et les deux chainettes en or qui les raccordent. Il se lève avec grâce. Des grains de sable glissent sur son pantalon de cuir, puis tombent au sol. L'épée toujours levée devant lui :*

-Styr,
Que ma danse de mort soit un hommage à ta grandeur,
Que par ma main ton pouvoir s'exprime,
Que par mes actes ta gloire grandisse.

*Il passe sa paume sur le tranchant de la lame. Un mince filet de sang coule. Au moment où une goutte tombe au sol, le temps s'arrête sur le "Ploc" de la goutte qui se répercutent en écho. La lame semble vibrer, puis devenir flou ... Puis comme des étoiles, elle se met à scintiller de rouge ... Puis un grincement, le sable à ses pieds tremblent, un grondement sourd parcoure la salle ... la lourde porte s'ouvre lentement. La lumière intense et brulante lui touche le visage ... il semble à peine gêner par ce puit intense de lumière. Il abaisse son arme. La foule hurle de joie et d'excitation. Il s'avance avec assurance dans cet arène qu'il connait si bien, il sent le sable brulant sous ses pieds. Il lève brusquement la main ... la foule se tait. Il arrache la tunique qui cachait son torse ... révélant une marque qui couvre le haut de son corps ... le cœur en est le centre ... Une brulure profonde ... le tatouage divin du parfait combattant ... la marques des plus grands guerrier. Un homme dans la foule hurle.*

- Ilinior! Ilinior! Ilinior!

*La foule hurle en cœur son nom, comme une incantation aux combats.*

- Aujourd'hui sera une journée sanglante ...

*Sa longue chevelure blanche lui couvre le dos, seul signe de ses 50 ans. Il lève son épée pour répondre à l'appel de la foule, venu en nombre l'admirer. Une douleur dans le bras gauche puis au cœur ... deux autres signes de son âge. En face de lui cinq combattants ... de jeunes citoyens présomptueux. Il est dans la plus grande arène d'Ankar. A sa droite, Un grand volcan ... l'antre du Seigneur du Feu. Le poing sur le cœur, l'épée pointée sur le volcan, il abaisse la tête en signe de vénération. Il ouvre les yeux, ils sont rouges ... de rage et de colère. Des novices, ils ont été les seuls à répondre à son défi ... un moyen pour eux de gagner rapidement de la gloire ... Quelle bêtise ... Ils n'ont donc rien compris. La température de son corps augmente ... le goût du sang ... le combat va commencer.*


A bientôt pour la suite.
« Modifié: 11 novembre 2009 à 19:33:21 par Meubles »
Le plus beau est celui qui a crée la laideur.
Incompris, il seras toujours vu comme le mal.
Melyor

Hors ligne Nypharath

  • Mage des rêves
  • Erudit(e)
  • ***
  • Messages: 328
  • Cercles de Tendance : 23
    • Voir le profil
Re : Un petite nouvelle
« Réponse #1 le: 11 novembre 2009 à 18:14:59 »
hop un plus 1 en tendance na  ;)

vivement la suite  8)

Hors ligne Brahoradan

  • Initié(e)
  • **
  • Messages: 274
  • Cercles de Tendance : 17
  • Force et Honneur
    • Voir le profil
Re : Un petite nouvelle
« Réponse #2 le: 11 novembre 2009 à 19:38:34 »
J'aime bien :)

Quelques fautes et un usage trop prononcé des "...", des détails en somme  :)

Vivement la suite effectivement!
Hourra.

Hors ligne Meubles

  • Apprenti(e)
  • *
  • Messages: 31
  • Cercles de Tendance : 5
  • Le temps cadeau empoisonné donnant un fin à tout
    • Voir le profil
Re : Un petite nouvelle
« Réponse #3 le: 12 novembre 2009 à 09:06:24 »
Merci, j'en tiendrais compte pour la deuxième partie que je vais un peu modifier.
Le plus beau est celui qui a crée la laideur.
Incompris, il seras toujours vu comme le mal.
Melyor

Hors ligne Meubles

  • Apprenti(e)
  • *
  • Messages: 31
  • Cercles de Tendance : 5
  • Le temps cadeau empoisonné donnant un fin à tout
    • Voir le profil
Re : Un petite nouvelle
« Réponse #4 le: 28 septembre 2012 à 15:31:33 »
*Il regarde ses adversaires, analyse leur attitude. Il se met en position de combat.
Dès le commencement du combat, un jeune combattant inexpérimenté rempli de fougue charge en hurlant dans une langue familière.
Il tient à deux mains un énorme cimeterre. Un Zûl! un jeune certainement venu chercher la gloire pour se couvrir d'honneur auprès de son clan.
La force brute sans aucune reflexion. Il va devoir apprendre que les enseignements de Kroryn prônent la perfection physique mais aussi l'affutage de l'esprit.*

*Au moment où le Zûl arme son bras pour frapper de bas en haut. Ilynior, glissant sur le sable de l'arêne et son épée armée derrière lui, fait un pas de côté.
Il décrit un arc avec son arme et frappe avec le plat de la lame les jambes de son adversaires.
Un craquement sinistre puis un hurlement de douleur, le Zûl emporté par son élan tombe la tête la première et glisse sur le sable inconscient.*

*La foule hurle d'hystérie. La douleur dans sa poitrine devient oppréssante. Il murmure:*

- Ma fin est proche et ce misérable combat est tout ce que je vais pouvoir offir à Styr.

*Il regarde devant lui. Deux combattants lui font front. Ils veulent l'affronter ensemble.
Ilinior observe la façon dont ils tiennent leur armes respectives. Des novices tout juste formés, il pense compenser leur inexpérience par le nombre.
Ils vont apprendre un autre leçon, un adepte des arts de Kroryn ne doit compter que sur ces capacités physiques et mentales pour se sortir victorieux d'un combat.*

*Ilinior charge le guerrier à sa droite. Celui ci s’apprête à réceptionner la charge pendant que l'autre s’apprête à frapper. Tellement prévisible.
Ne craignant rien d'un guerrier se défendant d'une feinte, il projette le plat de sa lame au visage du guerrier à sa gauche. Un autre craquement, la machoire cassée, le guerrier s'écroule inconscient.
Ilinior se retourne prêt à affronter le second opposant. Une douleur foudroyante dans la poitrine et son esprit est projeté ailleurs.*

*Il est devant un jeune chevalier, portant les couleurs de l'ordre rouge des chevaliers des Alysées. Son visage lui est familier. Le jeune chevalier lui présente son bras et dans un ton chaleureux et respectueux lui dit:*

- Puis je vous aider vieil homme ? Nous devons vous enmener dans un abris avant l'attaque des barbares des lacs sanglants.

*Il regarde autour de lui, il est dans un village entouré d'une muraille digne des grandes forteresses de Kern.
Plus loin un protecteur est en train d'organiser les défenses du village avec les paysans.
Au centre du village une immense statue de métal d'un artisan dont la tristesse semble infinie. Au pied de la statue une enfant, une commerçante, semble analyser la statue.
Ce village est celui de ses rêves récurrents.*

- Vieil homme, ne vous inquiétez pas, un dragon Szyl vous protègera ainsi que les femmes et les enfants. Suivez moi !

*Il sent la main réconfortante du chevalier sur son épaule. Ilinior le fixe dans les yeux et s’apprête à lui dire qu'il n'as pas besoin d'être protégé mais soudain il comprend ce qui étant tant familier.
Il lève la main pour toucher le visage si chaleureux.*

- Fils ?

*Le visage si chaleureux se transforme, les yeux doux en haine. La cotte de maille disparait avec le tabard de son ordre pour laisser place à une armure de cuir bouilli.
Un sourire carnassier apparait. Le village disparait pour une arène remplie de sable, le soleil devient plus lumineux et les remparts laisse place à des gradins, dont les hurlements de la foule emplis ses sens.
Le deuxième guerrier est en train abattre son épée large. Ilinior mobilise toute son énergie et recule pour se mettre hors de portée de l'attaque.
Mais pas assez, il sent le mordant de la lame entaillé légèrement sa poitrine. Il sent son cœur battre comme un dément, la douleur s'intensifiant.
Au même moment, sa lame lui brule la main. Styr le punit pour sa négligence.*

*Laissant libre cours à sa rage et à son orgueil, il attrape à main nu la lame de son adversaire. Il ne sent même plus le fil de la lame meurtrir sa chair.
Un rugissement, tel ceux des dragons, sort de ses entrailles. Le silence s'abat sur l'arène, son adversaire est tétanisé.
Lançant un coup de pied en avant, Ilinior coupe le souffle du guerrier qui lâche son arme. Il l’assomme alors avec le pommeau de son arme.*

*La lame encore brulante de l'avertissement de Styr, Ilinior cautérise ses plaies.*

*La foule galvanisée par la scène reprend son bruit assourdissant. Le quatrième adversaire l'attend patiemment.
Il porte une épée longue dans une main et une dague main gauche dans l'autre. Il amène sa lame devant son visage puis s'incline faisant une révérence guerrière.
Un combattant honorable, Ilinior lui rend les honneurs. Puis regarde ces attributs de castes, et remarque une gravure spécifique à l'ordre des duellistes.*

*Le combat s'engage dans une danse effrénée entre les deux combattants. Le duelliste agile et ayant consciencieusement observé Ilinior profite de sa propre rapidité et de la lenteur d'une épée à deux mains.
Le duelliste dansant s’assurait que son arme soit toujours pointé sur Ilinior, l'assurant d'être sévèrement piqué si il avançait trop.
Le duelliste allait donc découvrir la témérité, Ilinior se laissa embroché au flanc et flanqua un coup de pommeau d'un telle puissance que son adversaire fut projeté contre le mur de l'arène.*

*Le duelliste se relève et s’apprêta à reprendre le combat lorsqu'Ilinior lança de toute ses forces son épée qui se ficha dans le mur à quelques centimètres du visage du duelliste.
Son adversaire s'incline et range ses armes indiquant qu'il était vaincu. Ilinior dit alors à la foule :*

- Un homme d'honneur et digne des enseignements des maitres du feu. Acclamez le pour cela.

*Ilinior se tourna vers son dernier adversaire et focalisa son attention sur son regard, pour oublier la douleur lancinante dans sa poitrine.
Il sent à peine le sang chaud couler sur son flanc pendant qu'il détecte de la peur dans les yeux du combattant.
La rage l'envahit, un opportuniste pensant que le combat ne serait jamais arriver jusqu'à lui.*

*Ilinior claqua des mains compressant l'air. De l’électricité apparut entre ses mains puis elles s’enflammèrent.
Il s'approcha la colère émanant de lui. Le dernier adversaire l'attaqua sans conviction, Ilinior l'esquiva sans peine et lui décrocha un direct qui éclata la lèvre du pleutre.
Ilinior l'attrapa alors au visage. Un odeur de chair brulé se fit sentir, le dernier adversaire hurla de douleur.
Ilinior s'adressa à la foule :*

- Il portera l'infamie de sa lâcheté. Que cet homme soit affecté aux murs protégeant Kor des maudits !

*Puis adressa un regard de braise à l'homme défiguré.*

- Si tu survit et si tu as vraiment l'âme des flammes, alors ces marques deviendront une fierté.

*Il lâcha son adversaire et sous les vivats de la foule qui scande son nom sortit de la grande arène d'Ankar.
Les portes se referme sur lui. La douleur devint insoutenable, le monde tourne autour de lui, il n'arrive plus à respirer.*

- Styr ... Styr ... mon maitre dragon ... Pardonne moi de ne pas t'avoir donner une dernière danse de gloire en ton honneur.

*Il s'écroula sur le sable de l'antichambre de l'arêne ... antichambre de sa mort. Il rêva encore une fois de la dernière danse de gloire.
Mais aussi d'un fils qu'il n'aura vu que dans ces songes.*

- Tenez bon Lame de pyrite ... accrochez à la faible flamme de vie qu'Heyra va vous laisser ...

*Ilinior n'eut le temps de voir qu'un crane portant des écailles sur son front avant de s'évanouir.*
Le plus beau est celui qui a crée la laideur.
Incompris, il seras toujours vu comme le mal.
Melyor